6/23/2021 Expertise

Boostez l’efficacité de vos formations à distance en 5 étapes !

Digitalisation
Expérience collaborateur
Formation à distance

« La crise sanitaire que nous vivons a transformé nos pratiques pédagogiques : la ‘distancialisation’ de la formation est désormais intégrée dans nos approches pédagogiques, et la bonne nouvelle c’est que les formateurs comme les apprenants y prennent goût !

Cependant restons vigilants face aux excès de ce que l’on appelle la zoomification (ou teamsification).

En effet réaliser une formation à distance ne consiste pas à digitaliser des modules mais plus que jamais à les rendre interactifs, participatifs et vivants. » Frédérick Ballan De Ballensée, Directeur Professionnalisation et Campus Management Armatis.

5 étapes clés pour réussir une formation à distance

1- S’adapter à la mixité de l’audience

Dans l’entreprise d’aujourd’hui, plusieurs générations se côtoient avec des attentes différentes et une appréhension plus ou moins innée des outils numériques. Il parait donc essentiel de prendre en compte cette évolution du profil des salariés lors de la mise en place d’une formation distancielle.

L’objectif premier d’une formation est l’atteinte d’un niveau opérationnel, pour lequel il est essentiel d’obtenir un taux d’engagement durable à chaque étape.

Pour cela, la formation doit répondre à 4 prérequis majeurs :

  • Maintenir l’intérêt en privilégiant des séances courtes avec un contenu percutant et pertinent
  • Intégrer les différentes générations X, millennials, Digital Native avec une approche pédagogique inclusive qui favorise l’autonomie et l’engagement
  • S’adapter aux nouvelles façons de travailler en prenant en compte la diversité des espaces, environnements et conditions de travail 
  • Capter l’attention en utilisant des méthodes pédagogiques actives et variées laissant place à la prise d’initiatives

2- Se préparer avant de se lancer

Une action de formation réussie passe par la planification de la session dans la structure de la séance mais également dans la manière dont les participants vont pouvoir se sentir concernés.

Une fois l’organisation réalisée, il faut prendre le temps de tester le bon fonctionnement des outils :

  • l’audio
  • la vidéo
  • le tableau blanc
  • le partage d’écran
  • le chat
  • l’enregistrement de la session

3- Travailler sa voix pour capter l’attention

Lors d’une formation distancielle, l’animateur et les participants sont seuls face à leur écran.

Dans ces conditions, le temps peut paraitre plus long, et la concentration plus difficile.

Pour maintenir l’attention, la voix devient un instrument essentiel.

Il faut donc :

  • Insister sur les notions importantes ou les mots clés
  • Animer la discussion en changeant le rythme
  • Changer les intonations de la voix pour retenir l’attention et faire adhérer au message

4- Briser la glace !

En classe virtuelle, il est vivement conseillé de commencer par un ice-breaker !

Il s ‘agit d’activités d’échauffement considérées comme « une façon amusante et conviviale de démarrer une réunion ».

Ils durent environ 5 minutes en début de formation et peuvent également être utilisés à chaque temps fort de la session (début, retour de pause, clôture).

Les avantages :

  • Découvrir les autres participants et la constitution du groupe
  • Développer l’engagement et la participation
  • Favoriser le travail de groupe et la cohésion d’équipe
  • Mieux connaitre son groupe

5- Favoriser les interactions pour dynamiser les échanges

Les participants discrets peuvent l’être encore plus dans ce type de formation où il est moins facile de prendre la parole.

Pour éviter qu’une attitude passive se mette en place, il est nécessaire de privilégier des activités sur des temps courts en utilisant des méthodes participatives et actives :

  • Créer des sous-groupes de travail pour la réalisation d’exercices
  • Donner la parole à tous
  • Varier les méthodes, faire participer, faire parler, organiser des jeux de rôle, brainstormer…
  • Proposer des fonctionnalités interactives : chat, tableau blanc, partage d’écran
  • Laisser la main, partager les écrans, les productions individuelles ou de groupe
  • Utiliser la caméra : c’est un outil apprécié par les participants, puisqu’il casse l’anonymat des formations à distance. Le lien et la confiance entre l’animateur et l’apprenant se fait plus facilement.
  • Réaliser des sondages ou inviter les apprenants à résumer ce qu’ils ont compris.

Le mot de la fin :

« Nos enjeux actuels sont bel et bien de mettre en œuvre de véritables bulles pédagogiques où le participant prend un temps d’inspiration et de respiration, un moment où l’on se pose, où l’on se coupe de tout pour nourrir sa réflexion, pour nourrir l’acquisition ou la transformation de ses connaissances et de ses compétences. Les modèles vont donc continuer à évoluer : se former plus souvent, se former moins longtemps, se former autrement. La formation de demain sera la bonne alchimie de présentiel (qui reste un vrai moment de partage, essentiel sur certains pans de compétences comme sur le management par exemple), de distanciel, de digitalisation et d’AFEST (action de formation en situation de travail). Le formateur a donc un rôle clé à jouer. Plus que jamais ses capacités à se réinventer, à réaliser de l’ingénierie pédagogique, à repenser les protocoles d’apprentissage seront déterminantes. »

👉 Lire aussi : 8 conseils simples pour améliorer la satisfaction client dans un environnement multiculturel et multilingue !

Frédérick Ballan De Ballensée, Directeur Professionnalisation et Campus Management Armatis

Dans la même catégorie